Search
  • elodie martin

Cet hiver, je ne serai pas malade! (enfin j'essayerai...)

Updated: Aug 22, 2021

L'automne est bien entamé, les jours commencent à raccourcir, le froid s'installe progressivement. Arrive la saison des soupes au coin du feu, des raclettes entre amis, des nez qui coulent, des gens qui toussent dans le métro sans mettre de main devant la bouche... Et si je vous disais que l'on pouvait passer l'hiver sans tomber malade, que choisirez-vous?



Dans mon article « qu’est-ce que la naturopathie », j’explique que « la maladie est le résultat d’un encrassement de l’organisme », mais cela est tout de même un peu plus complexe. Je vais alors aller un peu plus en profondeur afin de mieux appréhender les solutions que je vais vous proposer aux différents maux de l’hiver.


Dans cet article, je vous parle également du concept de « vitalité » : « Une force vitale circule dans notre corps et rend possible la vie physique, puisqu’elle gère les fonctions vitales de l’organisme. […] Elle augmente ou baisse selon notre mode de vie et le manque ou la mauvaise circulation de cette énergie conduit à des défaillances dans le fonctionnement du corps. A l’inverse, c’est cette vitalité qui est à l’origine des forces d’auto-guérison de notre corps. »


L’énergie du soleil, les fruits et les légumes crus, une vie sociale épanouie ainsi que l’exercice physique et une bonne hygiène respiratoire permettent d’entretenir cette vitalité.

Au contraire, une mauvaise alimentation, le manque de lumière et de contact avec la nature, une vie sociale appauvrie ou la sédentarité et la pollution diminuent notre capital santé…


Une mauvaise hygiène de vie conduit également à un encrassement de l’organisme ainsi qu’une baisse de l’énergie vitale pouvant conduire à l’apparition de différents symptômes, plus ou moins difficiles à vivre et plus ou moins graves, que l’on appelle « la maladie ».


Il faut également bien avoir en tête que lorsque le corps dispose d’assez d’énergie, l’organisme va chercher à éliminer ses déchets en les remettant en circulation pour les évacuer par les émonctoires.


Lorsque les émonctoires sont trop encrassés, dysfonctionnent ou que cette mise en circulation est trop rapide par rapport à la capacité des émonctoires à éliminer, on voit également apparaître des « symptômes », ce qu’on appelle la « crise d’élimination ».


A chaque changement de saison, les énergies changent et l’organisme peut parfois avoir un petit regain de vitalité qui va lui permettre d’éliminer ses déchets. On voit donc souvent des personnes « malades » lors d’un changement de saison.


En hiver, le manque de soleil et de contact avec la nature, une mauvaise alimentation (vive la raclette et le foie gras !!), les chocs thermiques entre les endroits surchauffés et les températures extérieures, ou encore l’humidité affaiblissent notre énergie vitale et nous voilà avec nos rhumes, angines, gastro et cie…


Je fais un petit récap :


Petite précision : les virus et bactéries aiment se régaler de tous les déchets de votre corps. Plus vous serez encrassés, plus ils auront de nourriture pour pouvoir se développer et faire la fiesta dans votre organisme !

Si vous avez bien compris tout ça, il sera très facile pour vous de trouver les solutions pour éviter de tomber malade cet hiver.


En effet, vous pouvez agir sur plusieurs facteurs :

  • améliorer votre hygiène de vie afin de faire remonter votre énergie vitale

  • permettre à votre corps d’éliminer les déchets qui l’encrassent grâce à une bonne cure détox.

Pour cela, qui d’autre sera mieux placé qu’un naturopathe pour vous aider dans cette démarche ??


Cependant, quand la « crise » est là, il faut la faire passer, et au plus vite ! La fièvre, le nez qui coule, la toux et la voix qui nous lâche ce n’est vraiment pas agréable n’est-ce pas ?


Je vous propose quelques astuces naturo afin de pallier à ces petits désagréments de l’hiver.


N’oublions pas que L’idée générale reste d’accompagner les forces régénératrices propres à l’organisme et non d’agir de façon interventionniste sur les symptômes.


L’oignon :

L’oignon est excellent pour fluidifier les glaires qui peuvent se retrouver dans le système ORL : sinus bouchés, toux tenaces, otites etc…

Coupez un oignon en deux parties et placez-les sous votre lit ou sur votre table de nuit. Certes l’odeur n’est pas super agréable mais vous respirerez beaucoup mieux la nuit grâce aux essences qui vont se diffuser et déboucher votre nez.


Vous pouvez également utiliser l’oignon en cataplasme sur les oreilles, la gorge ou le front : vous émincez un oignon, le faites chauffer quelques secondes (si ça pique les yeux et que vous pleurez comme une madeleine, c’est que ça va agir de façon optimale) et posez-le sur un linge fin. Appliquez cette compresse sur la zone qui vous fait souffrir. Vous sentirez un soulagement rapide.

L’oignon peut être utilisé dès le plus jeune âge sans soucis !


L’huile de ricin :

En cataplasme sur le ventre, l’huile de ricin va « aspirer » les déchets présents dans le corps pour les ramener dans le système digestif afin de les éliminer par les selles.

On peut donc faire ces cataplasmes toutes les nuits en prévention ou bien en accompagnement pour le traitement de toutes les maladies que l’on rencontrera.

On peut également poser une bouillotte chaude au niveau du foie pour le soutenir et pour optimiser l’action de l huile.


Cette technique peut également être utilisée sur les tout-petits.


L’argile :

L’argile a également la propriété d’aspirer les déchets de l’organisme, mais elle ne va pas les ramener dans le système digestif, elle va seulement les attirer à elle. Ainsi, on peut l’utiliser pour traiter toutes les maladies de peau, les blessures, les brûlures etc… Elle enraye également l’infection et soulage la douleur.


Vous pouvez faire des cataplasmes d’argile sur la gorge si elle vous fait souffrir ou que vous toussez.

Le mieux est d’utiliser de l’argile en poudre ou en cailloux.

Mélangez-la avec de l’eau de source (pas d’eau du robinet qui est déjà bien chargée de toxines) afin d’obtenir une pâte que vous pourrez appliquer sur la zone à traiter.

Posez un linge ou une compresse dessus et laissez jusqu’à ce que l’argile se décroche de la peau. S’il reste des résidus, ne les frottez pas pour les enlever (surtout sur les plaies), elle va tomber toute seule ou partira d’elle-même sous la douche. Renouvelez autant de fois que vous le souhaitez.


L’argile peut également s’utiliser en interne et aura le même effet qu’en externe : elle va aspirer les toxines, les entrainera avec elle dans l’organisme et le tout sera éliminé par les selles. Pour cela, mettez 1 cuillère à café d’argile en poudre dans un verre d’eau et laissez reposer minimum 30min, idéalement ½ journée. Puis, mélangez et buvez le tout. Si vous avez tendance à être constipé, buvez-la le soir. Une cure d’argile peut se faire toute l’année, en prévention ou bien lorsque l’on est malade, afin d’éliminer virus et bactéries.


A savoir que l’argile peut annuler les effets des médicaments (et de la pilule) ! En effet, elle ne fait pas le tri, elle prend tout ce qui n’est pas censé se trouver dans votre organisme pour le faire sortir. Prenez-la espacée de vos prises médicamenteuses d’au moins 2h.


L’aromathérapie :

Je ne vais pas détailler toutes les huiles essentielles que vous pouvez utiliser pour telle ou telle maladie, mais plutôt vous expliquer le fonctionnement global de ces huiles magiques.

En naturopathie, on utilise l’aromathérapie pour soutenir et régénérer les émonctoires.

En effet, lorsque ceux-ci sont trop encrassés depuis trop longtemps, ils faiblissent et sont sujets aux infections.

Les huiles essentielles sont antibactériennes par excellence !

Elles peuvent contenir de 50 à 100 composants différents et la force de ces composants peut être potentialisée par les synergies entre les différentes molécules. V

oyez toutes les possibilités qui s’offrent à nous grâce à elles !

Certaines HE présentent des affinités avec certains émonctoires.

Par exemple :

  • Pin, eucalyptus, origan, thym, myrte, lavande ou sarriette sont les anti-infectieuses majeures au niveau respiratoire : bactéricides, antivirales, antipyrétiques (fièvre), antiseptiques et expectorantes.

  • Origan, lavande, sarriette, thym, cannelle ou serpolet sont anti-infectieuses, antiparasitaires, vermicides, fébrifuges et antiputrides pour les intestins.

Un complexe antitussif, antiviral, antipyrétique, anticatarrhal (contre l’inflammation des muqueuses) et vermifuge, qui pourra être utilisé en cas de toux, rougeole, rubéole, varicelle, oreillons, coqueluche, scarlatine :

origan + thym + sarriette + pin + myrte + lavande à parts égales à appliquer sur les endroits où la peau est fine (nuque, poignets, pieds etc.)


Contre la grippe :

ravensara aromatica (ou ravinsara) + eucalyptus radiata à parts égales : appliquer aux endroits où la peau est fine / à diluer dans de l’huile végétale pour les enfants.


L’homéopathie :


Il existe beaucoup de remèdes en homéopathie et pour qu’ils fonctionnent de manière optimale, il faut qu’ils correspondent exactement à votre problématique.


C’est pour cela que je vous conseillerais de consulter un homéopathe qualifié si vous souhaitez vous tourner vers cette technique.


Pour choisir le traitement adapté, il faut bien cibler la cause et elle est parfois assez difficile à mettre en lumière.

De plus, lorsqu’une maladie apparaît régulièrement et souvent, c’est sur votre terrain qu’il faudra

agir !


Phytothérapie :

Là encore, le champ des possibles est vaste. Il existe une multitude de plantes qui pourraient vous aider pour chacun de vos soucis. Il faudra parfois essayer plusieurs plantes avant de trouver celle qui sera en parfaite résonance avec vous et votre problème de santé.

Ce choix se fait en fonction de :

  • Son origine physique : par exemple le saule, qui se développe dans des zones humides, soulage les douleurs et rhumatismes provoqués par l’humidité

  • Son aspect : par exemple, le bambou est utilisé pour l’arthrose ou les raideurs de la colonne vertébrale car avec ses nœuds, il lui ressemble. C’est ce qu’on appelle « le principe de similitude »

  • Son affinité organique : par exemple, l’artichaut qui présente un tropisme hépatique

  • Ses principes actifs : minéraux, vitamines, oligo-éléments etc.

  • Cependant, je peux vous parler un peu de deux grandes stars de l’hiver parmi les plantes : le thym et l’origan !

Le thym :

On utilise ses feuilles ou ses fleurs pour traiter l’asthénie physique ou psychique, les angoisses, les déficiences nerveuses, l’hypotension, la toux, les affections pulmonaires, tuberculose, asthme, les parasites intestinaux, infections urinaires, rhumes, grippe, courbatures, angines, troubles circulatoires etc…


En prévention, vous pouvez utiliser du thym dans votre cuisine comme condiment ou en infusion.


En cas de crise, vous pouvez prendre 3 ou 4 tasses d’infusion par jour, et y ajouter du miel, du citron et du gingembre pour potentialiser son action.


Vous pouvez prendre aussi de l’huile essentielle de thym à raison de 2 à 5 gouttes dans une cuillère de miel.


Et pour l’angine, vous pouvez directement mâcher une branche de thym.


En usage externe, vous pouvez verser une décoction de thym dans votre bain (faire bouillir 10min 500g de thym dans 4L d’eau) ou mettre de l’huile essentielle.


Contre le rhume et l’angine, vous pouvez faire des inhalations : mélangez 0.25g de menthol + 5g de baume du Pérou + 10g d’essence de thym + 80g d’alcool 90° / mettez 1 cc de ce mélange dans un bol d’eau chaude et respirez.


Enfin, le thym peut être brûlé ou porté sur soi pour attirer la bonne santé. Placé sous l’oreiller, il assure un sommeil reposant…


L’origan :

En usage interne, on l’utilise pour soigner les syndromes infectieux, les ballonnements, l’aérophagie, les bronchites, la toux d’irritation, l’asthme, la tuberculose pulmonaire, les rhumatismes etc…


Pour cela, vous pouvez prendre une infusion d’1cc de sommités fleuries que vous laisserez infuser 10min dans une tasse d’eau bouillante, à boire avant ou après chaque repas.


Vous pouvez aussi prendre 3 à 5 gouttes d’huile essentielle dans une cuillère de miel, 2 à 4 fois par jour pour un adulte.

Ou encore des capsules d’origan que vous trouverez en pharmacie ou magasin bio. Pour la posologie, se référer à la notice de la boîte.


Prenez soin de votre système digestif :

Comme vous l’avez compris, le système digestif va jouer un rôle important dans l’élimination des déchets.

En effet, avec l’appareil urinaire, il est l’organe émonctoriel principal de l’organisme.

En prévention comme durant une « crise », il est important de bien aller à la selle régulièrement. L’idéal étant de produire une selle après chaque repas.


Pour soutenir votre système digestif, vous pouvez prendre 1 càs de psyllium blond dilué dans un grand verre d’eau avant chaque repas.

Il existe également des tisanes digestives composées de plantes comme la camomille, l’angélique, l’anis, la chicorée, l’artichaut, le frêne, le pissenlit, le romarin, le souci etc…

Attention aux plantes laxatives qui pourraient irriter vos intestins, allez-y doucement mais sûrement !

Après un repas trop copieux et qui va être difficile à digérer et éliminer, vous pouvez « laper » 2 ou 3 gouttes d’HE de menthe poivrée ou les prendre dans une cuillère de miel.

Les légumes lactofermentés, ou les pruneaux crus secs trempés assurent un bon transit et nourrit efficacement le microbiote intestinal.


Enfin, si vous êtes un peu dépassé par les événements, que vous avez besoin de soutien et de conseils, ou encore si vous souhaitez faire un bilan naturopathique pour savoir où vous en êtes et par où attaquer votre problème, n’hésitez pas à me contacter pour une consultation !


J’espère que ces conseils vous aideront à profiter de ce bel hiver qui arrive !


Et vous, quelles sont vos astuces anti-maux de l’hiver ?

1 view0 comments